FR / EN





Le commissariat de la première exposition, intitulée « La Résistance des Images », a été confié à Jean-Jacques Aillagon, ancien ministre français de la Culture et de la Communication. S’appuyant sur l’intérêt des propriétaires du lieu pour la Figuration narrative, l'exposition réunit les œuvres d’une vingtaine d’artistes ayant fait le choix de la figuration à partir du milieu des années 1960 : Adami, Aillaud, Arroyo, Évelyne Axell, Babou, Braun-Vega, Chambas, Cueco, Erró, Fromanger, Giacobazzi, Guyomard, Jacquet, Klasen, Le Boul’ch, Messac, Monory, Morteyrol, Rancillac, Recalcati, Schlosser, Télémaque et Tyszblat

Ces artistes ont voulu marquer à la fois la résistance esthétique de l’image face à l’abstraction dominante, mais surtout, la résistance, par l’image, à l’ordre politique, économique, social et culturel du monde occidental de cette époque. Cette résistance participe donc, avec un sens critique beaucoup plus aigu, au vaste mouvement international de la culture pop. L’exposition prend également le parti de montrer que la fin des années 1970 n’épuise pas la capacité de création de ces artistes dont l’œuvre s’est renouvelée, pour ceux qui sont encore vivants, jusqu’à nos jours. 

Une suite d'autres expositions faisant le point sur les grandes œuvres et mouvements de l'art moderne et contemporain des soixante dernières années est déjà en cours de conception afin d'assurer à la Patinoire royale, qui n'est ni une galerie, ni un musée, ni un centre d'art, mais les trois à la fois, une présence constante dans le paysage culturel international.